On danse ?

On danse ?

On danse ? C'est plus compliqué que ça, je pense. Il ne s'agit pas que de faire des pirouettes, je pense.

C'est chargé, ça part d'une passion qui conditionne les émotions, ça se tient grâce au dévouement qui rythme la préparation. Il y a le souci du détails, la pression ressenti, les espoirs et les rêves, le talent aussi, la confiance beaucoup, le désir de réussir, la volonté d'y arriver et l'élégance dans chaque mouvement jusqu'à l'acomplissement.

C'est entier, la danse. Ç'est beau, la danse.

Fait que... On danse ?

Rencontrez Zoélie Houde dans les reportages de ma collègue journaliste Claudia Blais-Thompson.
Incursion dans le monde dansant de Zoélie Houde
En 46 ans, Carole Brouard a vu des centaines de jeunes danseurs et danseuses passer à son studio. Parmi le lot, il y a Zoélie Houde, une jeune fille de 16 ans dont le talent et la ténacité teintent sa gestuelle et la texture de ses mouvements. Cette artiste, qui se prépare pour une importante compétition, a ouvert son coeur pour laisser entrer Le Droit dans son monde où les émotions fortes côtoient l’inévitable travail exigeant et minutieux.
La routine à succès de Zoélie Houde
Hit The Floor, la compétition de danse fondée par le danseur et chorégraphe Nicolas Bégin, est l’une des plus sévères, avance la danseuse Zoélie Houde qui a participé à l’événement à Gatineau du 14 au 17 mars. C’est la compétition où les résultats sont le moins élevés et il est rare de voir un score en haut de 90%, dit-elle. Mais après avoir obtenu une première victoire avec la plus haute note de tous les numéros de jazz à la compétition Flying Solo, à Ottawa, en février, le succès était loin d’être assuré à Hit The Floor Gatineau. Est-ce que la danseuse de 16 ans a été en mesure de se classer? Le Droit a suivi pendant quatre jours cette artiste pour qui la danse est un mode de vie.