L'importance de Roxanne

Avertissement : Long post.

L'importance de Roxanne
L'auteur Yves Beauchemin

ÉPISODE 1 : YVES AU CARRÉ

Yves Beauchemin est invité d'honneur au SLO cette année, un des... Ils doivent être 40, bref. Un chic type. Il donnait une entrevue à Yves Bergeras, en marge du lancement de la prog du SLO.

J'ai travaillé fort pour sortir une photo potable de l'auteur, l'endroit était juste pas raccord. Une micro-brasserie 🤷‍♂️ À La Dérive. (sont excellent, eux...)

Au début j'avais ça... et pour l'homme de lettre, qui a atteint l'âge vénérable où les hommes ne se peignent plus les cheveux, c'était suffisament de temps passé à poser pour le photographe.

Faaaaaaque j'ai dit : «Je vais prendre quelques photos pendant l'entrevue.»

L'autre Yves, journaliste passé maître dans l'art de rester debout n'importe où en tappant sur son laptop, s'est rendu compte que la grande salle des cuves qui allait accueillir la conférence de presse de lancement de la programmation du 45 ieme Salon du Livre de l'Outaouais n'était pas adéquate pour l'entrevue alors on s'est éloigner, y'avait le bruit de la chambre froide, plus loins des gens qui parle trop fort.

«Suivez-moi!» que j'ordonne sur le ton qu'on prend quand on rend service ;)

Je les ai amené dans la partie moins bruyante, là où il y avait des tables et des chaises... Pour moi ça faisait du sens.

Mais pour les organisateurs, ça faisait plus de sens de mettre le vestiaire dans la section «resto» de la brasserie. C'est comme ça. 🤷

J'ai pu ramasser ça à la fin de l'entrevue, en m'imposant pour être capable de garder le bonhomme assis, de ne pas avoir personne entrain d'accrocher son manteau en arrière et sans que les deux Yves se mettent à m'ignorer en parlant de chats ou d'oeuvres picaressques....

C'était juste le début d'une journée cahotique.

ÉPISODE 2 : C'EST PAS COMME ÇA QU'IL FAUT FAIRE

Ça fait 45 ans qu'ils organisent des salons du livre, avec tout ce que ça implique de logistique. Ils organisent des panels, des podcasts, des tables rondes, des ateliers pour les enfants, des séances de dédicaces, name it, TOUT! PARFAITEMENT!

Sauf la conférence de presse, ça c'est le fiasco. Chaque année.

  • Lutrin à contre jour;
  • Allocution interminable;
  • Un PowerPoint pâle;
  • Vidéos des invités absents;
  • Rien à dire qui n'était pas dans le communiqué;
  • Des «Roll Ups» pour décorer;
  • Et j'en passe.

Tout ça dans le backstore de la brasserie, entre les cuves.

Lancement de la programmation du 45ieme Salon du Livre de l'Outaouais

Les photos que ça donne, c'est de la marde, littéraire, mais de la marde quand même.

Check 👇

C'est en jasant avec ma conseillère municipale, Isabelle que j'ai eu l'idée de tenir une conférence de presse pour annoncer ce qu'il ne faut pas faire dans une conférence de presse.

Isabelle Miron, conseillère municipale, voisine et connaissance de longue date.

Elle aussi à l'habitude des conférence de presse. Bref on a jasé une bonne demi-heure, de l'autre bord, au bar et y'a personne qui s'en ai rendu compte.

ÉPISODE 3 : C'EST UN MALENTENDU

Y'a pas d'épisode 3

ÉPISODE 4 : RETOUR AU SOURCES

Ma première vraie job de photographe, c'était photographe pour le service des sports de l'Université d'Ottawa. J'suis comme un peu un GeeGees moi aussi. 😎

Les gyms sont au sous-sol du pavillon Montpetit. C'est un bunker éclairé au mercure. Fais Jaune. Je blâme les lumières si mes photos ressemblent à ce que je faisais il y a 14 ans. 😉

ÉPISODE 5 : COMME UN COUCHÉ DE SOLEIL

Parce que je passait pas loin, j'ai offert à mon collègue de faire une de ses affectations. Celle-là...

J'aimerais faire prendre une photo style anonyme d'un petit bonhomme en attente d'une triple chirurgie en ORL avec ses parents. Ils consentent seulement pour une photo à contre-jour de dos, pour qu'on ne puisse voir que leurs silhouettes de dos. Du genre qu'on ne peut pas identifier personne, comme sur l'image de stockshot en pièce jointe.

Une photo de quelqu'un que c'est lui mais que faut pas montrer que c'est lui... Ok défi accepté. Avec un exemple en plus. NICE!

L'EXEMPLE :

Contexte : Je suis sur l'autoroute,c'est janvier et il pleut. Le soleil est couché déjà, je sais même pas s'il s'est levé aujourd'hui.

Fait que je me suis inspiré des grands espaces et de la chaleur du soleil de janvier.

Nailed It.

Et j'ai fait le constat, à la fin de la journée que ce matin, j'avais sous-estimé l'importance de Roxanne.

Roxanne, serveuse À la Dérive.